X

Campus

« La géographie, liée à diverses disciplines, est passionnante et jamais ennuyeuse »

ORIENTATION

Des formations pluridisciplinaires au département de géographie de l’USJ, qui ouvrent la voie à de nombreux métiers recherchés sur le marché du travail.

Carole AWIT | OLJ
11/08/2018

« Bien qu’elle soit indispensable, la géographie reste méconnue du grand public qui ignore souvent qu’elle va bien au-delà d’une simple localisation de pays, et que l’enseignement n’est que l’un de ses nombreux débouchés », affirme d’emblée Jocelyne Adjizian Gérard, chef du département de géographie à la faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Saint Joseph, créé en 1995. La spécificité des études de géographie est qu’elles mettent en relation les activités humaines et les aspects environnementaux dans toutes leurs dimensions. L’étude des relations entre l’homme et son milieu physique et l’étude des questions environnementales, toutes les deux liées à la géographie, intéressent de nombreuses disciplines, tant du côté des sciences pures que des sciences humaines et sociales. Afin d’offrir des formations ciblées et spécialisées qui répondent aux besoins du marché, le département de géographie propose aux étudiants deux axes de spécialisation allant de la licence au doctorat : le premier concerne l’environnement et l’aménagement du territoire et le second l’aménagement touristique et culturel.

Aménagements touristiques
L’USJ propose une licence en géographie, option environnement et aménagement du territoire, ouverte à différents domaines d’études tels que l’agronomie, l’écologie, la géologie, l’histoire, l’archéologie, l’aménagement du territoire, les sciences de la vie et de la terre et l’urbanisme. Les étudiants s’initieront à l’environnement et au patrimoine et leurs cours porteront entre autres sur le développement durable, le langage cartographique, les littoraux, la planification et la morphologie urbaine, l’eau en milieu continental, etc. Ouvert aux détenteurs d’une licence en géographie, sciences, ingénierie ou dans l’une des disciplines des sciences sociales, le master en géographie option environnement et aménagement du territoire permet d’étudier l’analyse spatiale et le système d’information géographique (SIG), la gestion intégrée des bassins-versants, les géorisques, la morphologie mathématique, la photo-interprétation, la pollution, les systèmes urbains, l’économie et le développement durable. Une spécialisation en doctorat est également possible et attire de plus en plus d’étudiants. « Se spécialiser en géographie ouvre la voie à différents métiers qui sont très recherchés sur le marché du travail. Les diplômés exercent en tant que responsables de SIG, experts en analyse d’images, spécialistes en géomatique, consultants dans des bureaux d’études en environnement et développement durable et en aménagement et urbanisme, cartographes. Ils peuvent également travailler auprès d’organismes internationaux en environnement, des ministères et des municipalités. Enfin, ils pourront toujours se consacrer à l’enseignement et à la recherche » , explique Mme Gérard.
Ceux qui s’intéressent à l’aménagement touristique et culturel suivront, en licence, de nombreux cours en commun avec les étudiants spécialisés en environnement et aménagement du territoire. Ils s’intéresseront entre autres au monde comme espace touristique, à l’écotourisme et à l’aménagement, au tourisme international, à l’histoire du Liban et à la culture dans le monde arabe pour pouvoir exercer en tant que professionnels du tourisme, experts et consultants dans des ministères et des administrations, guides touristiques et enseignants. Au programme également, un diplôme universitaire en tourisme religieux, dirigé par Liliane Barakat, qui sera proposé à partir du mois d’octobre 2018. Un master en événementiel, sous la direction de Rita Zaarour, est ouvert aux titulaires d’une licence pour les former, en double diplomation avec l’Institut catholique de Paris, à la conception, la production et la promotion des manifestations culturelles, touristiques et commerciales. Il est possible enfin d’obtenir, de la faculté de géographie, un doctorat en sciences humaines, spécialité aménagement touristique et culturel.

La neige au Liban
Ouvertes aux autres disciplines, les études de géographie attirent des étudiants aux profils divers. Après une licence en histoire et relations internationales, Albert Bou Khalil est inscrit en master 2 de géographie environnementale. « Ces études, note-il, viennent compléter ma formation de base puisque j’ai choisi de traiter, dans mon mémoire, la géoarchéologie. La géo est justement liée à diverses disciplines, ce qui la rend passionnante et jamais ennuyeuse. » Après un an d’études en sciences économiques, Bernard Assaf décide, lui, d’opter pour des études de géographie. Après sa licence, le jeune homme choisit de se spécialiser en master option environnement et aménagement du territoire. « J’ai apprécié la variété des cours qui permettent de découvrir ce qu’est vraiment la géographie et le soutien inconditionnel des enseignants qui nous encadrent et nous apprennent énormément de choses », dit-il. La doctorante Yara Hleihel se consacre, dans ses recherches, à la climatologie urbaine. « J’ai opté pour la géographie après une formation de biologiste et un master en sciences et gestion de l’environnement. J’aime me consacrer à mon travail de recherche qui, en plus d’être utile, est loin de me lasser », témoigne-t-elle. Quand au doctorant Charbel Abou Chakra, il a choisi la climatologie après une formation d’ingénieur topographe. « Dans ma thèse, je propose une approche novatrice pour un suivi annuel de la neige au Liban. Les recherches sont coûteuses mais j’ai pu, entre autres, bénéficier du soutien de mon université », précise-t-il.
« Afin de permettre aux étudiants de suivre une formation complète et de pouvoir travailler dans les meilleures conditions, la faculté de géographie possède deux laboratoires et un centre de recherche », explique Mme Gérard. Le laboratoire de cartographie avec un SIG, où sont conservés des documents cartographiques sur le Liban et le Moyen-Orient, est un lieu d’enseignement dans lequel les étudiants peuvent se documenter et accéder à des bases de données indispensables pour leurs travaux de recherche. De plus, la faculté possède un laboratoire de télédétection et modélisation, destiné aux étudiants ayant choisi une formation en environnement et aménagement du territoire. « N’oublions pas, conclut Mme Gérard, notre centre de recherche en environnement, le CREEMO, qui permet de traiter des problématiques environnementales spécifiques au bassin oriental de la Méditerranée, à travers une démarche pluridisciplinaire, dans une perspective de développement durable. Les axes de recherches sont l’environnement et le développement durable ainsi que le patrimoine, la ville et le tourisme. »



Lire aussi

Des étudiants en architecture de l’AUB investissent les rues de Beyrouth

Rentrée 2018 : nouvelles formations à la LAU

À la une

Retour à la page "Campus"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué