Moyen Orient et Monde

Le premier débat présidentiel montre un pays divisé

Brésil
OLJ
11/08/2018

Le premier débat télévisé de l’élection présidentielle d’octobre au Brésil s’est tenu jeudi soir, sans Lula, grand favori des sondages, en prison depuis avril et dont la candidature a de grandes chances d’être invalidée, montrant un pays profondément divisé. L’absence au débat de l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), qui purge une peine de 12 ans et un mois de réclusion pour corruption et blanchiment d’argent, est un des nombreux paradoxes de ce scrutin très polarisé, le plus incertain de l’histoire récente du pays. Au total, 13 candidats ont été désignés officiellement par leurs partis lors des conventions qui ont eu lieu jusqu’à la fin de la semaine dernière. Mais seuls huit d’entre eux ont participé à ce débat télévisé de plus de 3 heures, jeudi à São Paulo, dont les quatre poids lourds, hormis Lula : Jair Bolsonaro (extrême droite), deuxième dans les enquêtes d’opinion, Geraldo Alckmin (centre droit), Marina Silva (écologiste) et Ciro Gomes (gauche).

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué