Liban

Le Conseil de sécurité condamne l’attaque contre une patrouille de la Finul

Liban-Sud
OLJ
11/08/2018

Le Conseil de sécurité des Nations unies a fermement condamné l’attaque contre une patrouille de la Finul samedi dernier dans la localité de Majdel Zoun, au Liban-Sud, au moment où le mandat des Casques bleus doit être renouvelé pour un an.
« Les membres du Conseil de sécurité dénoncent dans les termes les plus vifs l’attaque contre la Finul qui s’est produite le 4 août près de Majdel Zoun au Liban-Sud », affirme un communiqué de l’instance de l’ONU publié dans la nuit de jeudi à vendredi. « Les soldats ont été menacés par des armes illégales, des véhicules ont été incendiés, et des armes et des équipements ont été saisis », ajoute le communiqué, insistant sur la nécessité qu’une enquête soit conduite pour déterminer les circonstances de cette agression. Selon une source anonyme citée par L’OLJ, les assaillants sont sans doute des membres du Hezbollah. Le Conseil de sécurité a également condamné « toute tentative d’empêcher la Finul d’effectuer sa mission en conformité à la résolution 1701 », appelant toutes les parties à « assurer la sécurité du personnel de l’ONU » dont « la liberté de mouvement doit être totalement respectée ».
Rappelant son engagement en faveur de « la stabilité, la sécurité, la souveraineté et l’indépendance du Liban », le Conseil de sécurité réaffirme que l’armée libanaise est la seule force armée légitime du pays.

L’État « doit assumer »
De son côté, l’ancien ministre Achraf Rifi a réagi hier sur son compte Twitter, affirmant que l’agression contre la Finul « menace son action et porte atteinte à la résolution 1701 qui garantit la stabilité depuis 2006 ». « L’État libanais doit assumer ses responsabilités dans la protection de la Finul et lui permettre de remplir sa mission pour interdire l’utilisation du Liban-Sud comme boîte aux lettres au profit de l’Iran et aux dépens de l’intérêt du Liban », a-t-il ajouté. Le président Michel Aoun avait insisté sur « l’importance de la coordination entre la Finul et l’armée libanaise, notamment dans la résolution des incidents isolés qui n’affecteront pas les relations positives entre la Finul et les habitants du Liban-Sud », lors d’un entretien jeudi avec le nouveau commandant en chef de la Finul, le général italien Stefano Del Col.
Selon notre correspondant diplomatique Khalil Fleyhane, le Liban a obtenu que le mandat des Casques bleus soit prorogé « sans changer leur mission ou le budget qui leur est alloué », contrairement à ce que souhaitaient les États-Unis et Israël. Le Conseil de sécurité des Nations unies devrait se réunir le 15 août pour décider de cette prorogation.
La Finul, qui compte actuellement 11 400 membres, a été établie en 1978 par le Conseil de sécurité pour confirmer le retrait des troupes israéliennes du sud du Liban. Après la guerre de l’été 2006, elle a été chargée par le Conseil de contrôler la cessation des
hostilités.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué