X

À La Une

Affaire Khashoggi : il faut "s'occuper" du prince héritier saoudien, affirme un sénateur américain

Diplomatie

Lindsey Graham, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Ankara où il a rencontré le président turc Recep Tayyip Erdogan, n'a pas précisé ce qu'il entendait par s'"occuper de MBS".

OLJ/AFP
19/01/2019

Les relations entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite ne pourront pas s'améliorer après l'affaire Khashoggi tant que personne ne se sera "occupé" du prince héritier saoudien, a déclaré samedi un influent sénateur proche de Donald Trump.

"Les relations entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis ne pourront pas aller de l'avant tant qu'on ne se sera pas occupé de MBS", initiales désignant le puissant prince héritier d'Arabie saoudite Mohammad ben Salmane, a déclaré le sénateur républicain Lindsey Graham. L'élu de Caroline du Sud, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Ankara où il a rencontré le président turc Recep Tayyip Erdogan, n'a pas précisé ce qu'il entendait par s'"occuper de MBS". Il a toutefois indiqué qu'après le "shutdown" qui paralyse actuellement plusieurs institutions aux Etats-Unis, le Congrès américain réintroduirait des sanctions contre "ceux qui sont impliqués dans le meurtre" de l'éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi.

Khashoggi, qui écrivait notamment pour le Washington Post, a été tué le 2 octobre dans le consulat d'Arabie à Istanbul. Plus de trois mois après, son corps n'a toujours pas été retrouvé. Son assassinat a suscité une onde de choc mondiale et profondément terni la réputation du prince héritier saoudien qui, s'il nie toute implication, est accusé par des responsables américains et turcs d'avoir commandité le meurtre.

"Nous allons dire de manière irrévocable que MBS était au courant et qu'il est responsable" du meurtre de Khashoggi "pour s'assurer que d'autres comprennent qu'on ne peut pas faire ce genre de choses quand on est un allié des Etats-Unis", a déclaré M. Graham.

En novembre, le Trésor américain a annoncé des sanctions ciblées contre 17 Saoudiens pour leur "responsabilité ou leur complicité" dans le meurtre de Khashoggi. Mais le président Donald Trump a pris la défense de MBS en soulignant l'importance stratégique selon lui du partenariat entre Washington et Riyad pour, notamment, contenir l'Iran au Proche-Orient.

Le mois dernier, le Sénat américain, pourtant contrôlé par les républicains, a approuvé une résolution qui interdit tout soutien militaire à Riyad dans la guerre au Yémen, infligeant un camouflet à l'administration de M. Trump.


Lire aussi

Le président comorien choque en qualifiant l'affaire Khashoggi de "cuisine interne"

Meurtre de Khashoggi : en équilibriste à Riyad, Pompeo assure avoir obtenu des assurances saoudiennes

Le roi Salmane essaye de tourner la page Khashoggi


Repère

Meurtre de Khashoggi : ce que l'on sait sur les suspects saoudiens

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives et assurer la survie de notre journal.

Je poursuis la lecture

4

articles restants