X

Liban

Grande frustration des journalistes confinés au Seaside Arena...

sommet économique arabe
Z. A. | OLJ
21/01/2019

La couverture médiatique du sommet économique de la Ligue arabe a été source de frustration pour la majorité des journalistes présents sur place hier au Seaside Arena (ex-BIEL), où se déroulait l’événement. Confinés dans un espace clos – certes équipé d’ordinateurs, d’imprimantes et de connexion internet – ces derniers ont dû suivre le déroulement du sommet... sur les écrans télévisés, alors qu’ils se trouvaient à quelques mètres de l’endroit où se déroulait la réunion. Leur mobilité étant réduite et strictement encadrée à cause de mesures de sécurité drastiques, les journalistes n’étaient donc même pas en mesure de s’adresser directement aux différentes délégations présentes sur place pour obtenir des déclarations. Ils n’étaient même pas autorisés à se déplacer à pied dans le périmètre de sécurité défini pour l’occasion et devaient prendre les bus apprêtés par les organisateurs pour les transporter d’un endroit à l’autre.

Le seul moment où ils ont pu entrer en contact avec les participants au sommet a été celui de la conférence de presse tenue hier en fin d’après-midi par le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, et le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmad Aboul-Ghait. Mais là aussi, l’espoir aura été de très courte durée, les questions étant limitées et les protagonistes s’éclipsant aussi rapidement que possible.Les journalistes qui avaient couvert la réunion ministérielle tenue vendredi dernier en marge du sommet avaient subi le même sort. Confinés dans une grande salle à l’hôtel Monroe, ils avaient dû suivre le déroulement de la réunion sur grand écran, alors qu’elle avait lieu à l’hôtel Phoenicia, situé juste en face. Une situation absurde qui a été dénoncée par plus d’un journaliste, certains allant même jusqu’à se demander s’ils n’auraient pas mieux fait de suivre le sommet à partir de chez eux, en regardant la télé dans le confort de leur salon... Frustration d’autant plus grande pour les journalistes étrangers qui ont fait des milliers de kilomètres pour se rendre à Beyrouth et qui se sont retrouvés enfermés dans une salle pendant toute une journée.


Lire aussi

Sommet arabe : l’Iran défend « sa » Syrie face à l’Arabie

Réfugiés syriens : les participants au sommet esquivent la polémique en adoptant un texte de compromis

Sommet économique arabe : deux annonces et un cafouillage

Sommet arabe : pour Bassil, l’émir du Qatar a permis de « lever l’embargo »

Bloqués sur la route de l’aéroport

Le sommet a révélé l’ampleur du conflit entre les pôles du pouvoir sur les choix stratégiques du Liban


Pour mémoire

Sans queue ni tête(s)l'édito de Issa GORAIEB

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-ditsle décryptage de Scarlett Haddad


Repère

Sommet économique arabe de Beyrouth : ce qu'il faut savoir sur la crise qui parasite sa tenue





À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives et assurer la survie de notre journal.

Je poursuis la lecture

4

articles restants